SOCIÉTÉ EUROPÉENNE
de BALISTIQUE LÉSIONNELL
E

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

EUROPEAN SOCIETY
for WOUND BALLISTICS

 

Accueil

 

 

NOTIONS D'ARMEMENT

J.J. Dorrzapf

 

Sommaire :

Introduction - Historique
Les armes : différences et similitudes
Les armes : modes de fonctionnement
Les munitions

En voir un peu plus :

-> Projectiles de petits calibres et hautes vitesses - La science et les mythes (format pdf)

-> Comportement dynamique des projectiles ordinaires des AK 47 et AK 74(comparatif avec la .308 et la 5,56)


 

__________________________

 

I - INTRODUCTION - HISTORIQUE

 

On ne peut débuter une présentation, même sommaire, d'armement sans faire une brève allusion au passé tant il est vrai que les techniques actuelles ne sont que le fruit des réalisations antérieures.

Les premières armes à feu apparurent au début du XIVème siècle et semblent avoir été des canons utilisés pour la première fois en France, comme on l'a vu dans les pages "balistique, par les Anglais à la bataille de Crécy (1346).
C'étaient de gros tubes, souvent en bronze, ouverts à un seul bout, que l'on chargeait par la gueule. A l'autre extrémité un petit orifice (lumière) était percé, par lequel on communiquait le feu à la poudre en utilisant un fer rougi ou un charbon incandescent.

Ce fut vraisemblablement la mèche à combustion lente qui, utilisée comme moyen de mise à feu, permit la création d'armes plus légères, servies par un seul tireur dont les mains libres lui permettaient de viser.
Une des extrémités de la mèche était fixée à un bras, qui prit rapidement la forme du " S " (serpentin). La rotation de ce dernier amenait l'extrémité incandescente au contact du bassinet contenant la poudre.

Toute la recherche armurière s'est axée sur l'accroissement de la précision des armes, de la fiabilité de la mise à feu et de la cadence de tir.

A l'origine, les armes étaient chargées par la bouche. Outre que ce procédé était lent, il impliquait d'utiliser des projectiles d'un diamètre légèrement inférieur à celui du canon. Bien que des procédés ingénieux, permettant aux projectiles d'avoir un diamètre qui augmentait sous la poussée de la poudre, fussent inventés, la précision des armes était médiocre.

 

Les évolutions

  - Les rayures

Les premiers canons rayés firent leur apparition vers 1476 (rayures hélicoïdales) et 1498 (rayures rectilignes).

 

- Chargement des armes légères par la culasse

A la même époque, on commence à voir des armes se chargeant par la culasse. Cependant, l'étui n'existant pas encore, le fonctionnement est hasardeux. Puis sont créées des armes à chambres amovibles devant être pré chargées.

 

- Les systèmes de mise à feu (Rouet, platine à silex)

Le rouet apparaît à Nürenberg vers 1517. En frottant contre un silex, une roue crée une gerbe d'étincelle qui enflamme la poudre.
Un peu plus tard (vers 1610), la platine à silex dérivée de modèles antérieurs (platine à chenapan et à miquelet) fait son apparition. Le chien, sur lequel est fixé un morceau de silex, dans son action, fait pivoter le " couvre bassinet " appelé alors percuteur et enflamme la poudre par la même occasion.


Tromblon anglais à silex datant du 18ème siècle.


Les armes à percussion

Elles font leur apparition au début du XIXème siècle. Le choc du marteau sur du fulminate de mercure placé à l'orifice de la lumière provoque l'inflammation de la poudre (Révérend Fortsyth - 1793). Vient alors l'idée d'enfermer le fulminate de mercure dans une capsule, ancêtre de l'amorce moderne.
Le chargement par la culasse ayant fait de gros progrès, les premières cartouches dans lesquelles est logée l'amorce, initiée par la percussion sur une aiguille, font leur apparition (Pauly - 1808).
Cette idée est perfectionnée par Dreyse en 1838 qui invente le premier fusil à aiguille dont la culasse se verrouille par rotation. La cartouche est faite d'un emballage de carton pâte contenant la balle portant son amorce à l'arrière et la charge de poudre. L'aiguille du fusil perfore l'arrière de la cartouche, traverse la poudre et vient percuter l'amorce. Cette arme présente de nombreux problèmes (étanchéité de la culasse puisque la cartouche est entièrement combustible, corrosion et rupture du percuteur) qui masquent quelque peu, au début, l'intérêt d'un tel principe. Mais l'idée est lancée et elle va faire son chemin.

 

Les armes à répétitions

Elles apparaissent dès le début du XVIème siècle. Sont des armes à revolver ou des armes multitubes. L'absence de système de mise à feu fiable bloque, pour un temps, leur essor.

Après ce survol rapide du passé*, nos allons entrer dans le domaine des armes récentes qui ne sont, rappelons-le encore une fois, qu'une évolution des systèmes que nous venons de voir.

* Les lecteurs intéressés pourront trouver de nombreux excellents ouvrages, richement illustrés, sur les armes anciennes.

 

__________________________

Page - 1

Accueil Page suivante >>

ESWB - SEBL - Université Claude Bernard Lyon 1 - 8, av. Rockefeller  -  F-69008 LYON
@ : contact@eswb-sebl.org
Copyright : eswb_sebl/JJ Dorrzapf - 2006-2014