SOCIÉTÉ EUROPÉENNE
de BALISTIQUE LÉSIONNELLE

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

EUROPEAN SOCIETY
for WOUND BALLISTICS

 

 

HISTORIQUE DE LA BALISTIQUE LESIONNELLE.

EJ VOIGLIO

Les débuts de la balistique lésionnelle : La bataille de Crécy en 1346.

 

Les premières armes à feu firent leur apparition sur le champ de bataille.

Elles suscitèrent beaucoup d'émoi. Certains commentaires sont arrivés jusqu'à nous :

« si grand bruit et tremblement qu’il semblait que Dieu tonnât avec grand massacre de gens et renversement de chevaux … »
(Villani-I-XII-histoire
de France – tome V)

« effets terrifiants »
(Froissard)

A cette époque, les armes à feu sont très peu précises et leur utilisation est dangereuse… surtout pour le tireur. Pendant un siècle, elles sont très peu utilisées…
_____________________________________

Des observations réalisées sur le terrain découlèrent les premières tentatives d'explications des lésions et la première théorie vit le jour :

_____________________________________
THEORIE DE LA VENOSITE ET DE LA BRULURE
OU DE L'USTION DES PLAIES.
- Jean de Vigo (1514)

- Braunschweig (1497)
« [Les plaies sont] contuses, envenimées par la poudre et brûlées par le feu de l’arme. »

La conséquence logique de cette théorie est qu'il faut combattre la vénosité des plaies :

On cautérise les plaies par le fer rouge ou l’huile bouillante pour détruire le poison dont elles sont imprégnées…

En ce temps là, l'anesthésie n'existait pas...


_____________________________________
Heureusement, un grand chirurgien, Ambroise PARE, se penche sur « les pauvres
blessés
» et basera son traitement sur une observation scientifique des lésions.
_____________________________________
Les débuts de l'étude objective des plaies par armes à feu.
Ambroise PARE observe donc les plaies et écrit un ouvrage de référence intiulé :

« La méthode de traicter les playes faictes par hacquebutes et aultres bastons à feu et de celles qui sont faictes par flèches, dards et semblables.»
(1545) .

Il conseille notamment de :

« … ne plus brûler les pauvres blessés… »

et explique :

« [Ces plaies sont] alors peu rebelles à curation et aussi faciles à traicter que celles qui sont faictes par austres bastons faisant vulnèses ronds contus et de telle figure que faict le boulet. »

Il est le premier expérimentateur :

Le sac de poudre noire ne s'enflammant pas, il conclut que :

« Les balles ne sont pas assez chaudes pour brûler…»

Il est le premier prescrire le débridement des plaies pour l’extraction des corps étrangers et pour favoriser l’issue de la suppuration…
… dans de sages limites.

Il observe une zone contuse le long du trajet qu’il attribue au "vent du boulais"  ou à "la pression subite de l’air" .

_____________________________________
Ambroise PARE fut le premier pourfendeur du mythe des blessures "extraordinaires" dues aux armes à feu. Mythe qui, malheureusement, perdure encore de nos jours dans l'esprit de certains.
_____________________________________
- Page 1 -

 

__________________________________________________________________________________
Accueil Page suivante